AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-27%
Le deal à ne pas rater :
XIAOMI POCO X3 64Go – Gris
176 € 240 €
Voir le deal

Partagez
 

 Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Louisa Winterfell

Louisa Winterfell

≈ messages : 178
≈ inscription : 12/07/2013

there's no such things as fate
≈ relationship:
≈ disponibilité: indispo.

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty
MessageSujet: Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)   Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) EmptyDim 14 Juil - 15:35





    Louisa laissa couler son doigt le long de la bordure du plan de travail. Une pomme écarlate trônait sur celui-ci. Elle attendait d'être goulûment dévorée par pure passion légitime. La douce poupée de porcelaine l'admirait sous tous les angles donnés. Elle se positionnait selon la brillance reflétée par les rayons du soleil jaillissant par la fenêtre de la cuisine. Ses entrailles se tordaient d'une douloureuse souffrance depuis plus d'une heure. Elle ne le remarquait pas. Habituée à sentir son estomac se nouer sous ses assauts répétés. Elle ne voulait pas goûter au jus fruité que pouvait lui apporter cet aliment sain. Elle n'avait pas envie de compter et recompter le nombre de calories que ça allait lui rapporter. Sa mère n'avait aucune pitié pour les éplorées et les éhontées. Seules les catins au caractère divin réussissaient dans la vie. Hors Louisa n'avait ni le physique, ni le mental d'acier qui la rendrait décemment plus forte. Mais elle avait la volonté acharnée de réussir à grimper les échelons de la société pour atteindre les plus hauts sommets mondiaux. Sa mère avait frôlés les plus grandes scènes, avait porté les plus belles robes et était sortie avec les plus beaux partis. Elle n'était pas sa mère. Elle n'aurait peut-être jamais la ligne typée mannequin ou le plus bel homme à ses pieds. La vérité lui irritait les tympans. Une cacophonie assourdissante empiètait ses pensées moroses. La jeune femme avait envie de crier à pleins poumons la rage qu'elle accumulait depuis bien trop longtemps déjà. Elle attrapa vivement la pomme, planta ses ongles dedans et la jeta à la poubelle. Pas aujourd'hui. Elle se glissa dans le hall d'entrée pour se planter face à un miroir révélateur de ses moindres défauts. Son visage creux était parfaitement mis en valeur par sa queue de cheval. Quelques mèches sauvages virevoltaient pour lui donner un côté inachevé. Ses prunelles merle proféraient une profondeur océane par le bleu de ses iris. Elle était légèrement maquillée par des traits fins sans grande importance. Louisa avait enfilé un pull trop large pour elle, dans lequel elle se sentait en sécurité. Son petit short contrastait et mettait en avant ses longues jambes brunies par ces rayons d'été.
    Elle remonta les escaliers en marbre pour rejoindre la pièce qui lui appartenait. Tout son univers se résumait à sa chambre. Elle comportait une pile de magazines en provenance de chez Vogue. Des images de pub pour parfum, vêtement ou produit de beauté calfeutraient les murs. On y voyait aussi bien des femmes que des hommes. Des mannequins séduisants et charismatiques ou des sirènes tentatrices et sensuelles. Ils recouvraient les parois tapissées d'un blanc cassé élégant. Des photos jonchaient le sol, le bureau ou sa table de nuit. Elles représentaient parfois ses amis, ses parents ou de purs inconnus. Mais dans son monde, elle n'existait que par la présence futile de son corps. Il y avait également une étagère où se regroupaient de nombreux livres. La plupart n'était que des journaux intimes couvrant ses maux. Le reste était des livres qu'elle lisait par pure plaisir de procuration. Le dernier en date était Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne d'Elodie Hesme. Il racontait la descente aux Enfers d'une femme fatale qui était tombée amoureuse d'un homme gros et gras. Sa vie avait été chamboulée par la rencontre d'une personne. Une seule et unique personne. Elle remettait ça sur la fatalité. La faute au destin. Tandis que Lou effleura une photo de Naina par un doux regard, elle alla s'asseoir sur son lit et se mit à écrire dans sa solitude désespérée. Elle cherchait le réconfort auprès de cette petite voix dans sa tête qui lui dictait ses choix.
Revenir en haut Aller en bas
Naina Redbird
▲ redbird singing in the dead of night
Naina Redbird

≈ messages : 54
≈ inscription : 13/07/2013
≈ âge : 22 ans
≈ statut civil : j'ai une entrée libre, if you know what I mean
≈ job/métier : serveuse à la patisserie, accessoirement

there's no such things as fate
≈ relationship:
≈ disponibilité: open bar

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty
MessageSujet: Re: Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)   Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) EmptyDim 14 Juil - 17:23


Tu termines ta journée de travail de bonne humeur et même les coups de fils de ta mère n'ont pas réussit à te gâcher ça. Tu dis au revoir à tes collègues et termine d'emballer tes derniers gâteaux que t'avais spécialement préparé pour ta Louisa, parce que oui, c'est ta Louisa. Ces derniers temps vos relations se sont améliorés même si c'est pas encore bien stable tout ça, mais tu t'en fous, tu veux juste faire en sorte qu'elle aille bien, qu'elle aille mieux, et de préférence avec toi.

Tu sors de la boutique avec le sourire aux lèvres et tu te demandes si tu dois prévenir que tu viens, mais au dernier moment alors que t'as déjà tapé ton message, tu décides de lui faire une surprise à tes risques et périls, tu sais à quel point ta louve n'est pas fan des surprises mais peut-être que quand elle te verra derrière la porte, elle saura apprécier ta présence.

La route vers son appartement n'est pas très longue mais pourtant t'as l'impression qu'elle habite à 10 000 km tellement t'as hâte d'être avec elle, en plus les cupcakes que t'avais préparé juste pour elle étaient tout chaud et tout beau, et comme t'avais un peu beaucoup faim, t'avais vraiment hâte de la retrouver.

Une fois arrivée devant sa porte, tu ne pris même pas la peine de taper à la porte pour qu'elle vienne t'ouvrir parce que tu voulais lui faire une surprise jusqu'au bout. Tu savais qu'elle gardait toujours une clé sous le paillasson, tu n'avais jamais comprit pourquoi d'ailleurs, personne ne faisait plus ça, et c'était propice aux cambriolages en plus, mais bon, sûrement qu'elle savait ce qu'elle faisait.

Tout doucement, tu prends la clé et la tourne dans la serrure, et tu entres avant de déposer tes affaires sur la table basse. Tu regardes autour de toi et tu vois bien qu'elle n'est pas là, mais tu sais déjà où elle est sans que tu n'ai besoin de l'appeler, alors avec tout le silence du monde, tu montes les escaliers sur la pointe des pieds comme une ballerine, ce qui était plutôt drôle étant donné que tu avais autant de grâce qu'un bulldozer.

Arrivée devant sa porte, tu cognes une fois tout doucement avant de passer ta tête par la porte et de la fixer de loin. Oui, tu sais que ça ne se fait pas étant donné qu'elle ne t'as pas encore dit d'entrer, mais avec un peu de chance, si t'arrives toujours à l'improviste comme ça, tu pourras la surprendre nue, ce qui n'était pas l'idée la plus déplaisante du monde.

« Coucou toi. »

Tu lui lances cette petite phrase en lui souriant de toutes tes dents, attendant qu'elle réagisse.

_________________

    ⊹ young and beautiful.
    Un moment sur ma route j'ai rencontré l'amour j'lui ai dit tient tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujours. Dans l'absolu t'es une bonne idée mais dans les faits c'est un peu nul, tu pars en couille une fois sur deux faudrait qu'tu r'travaille ta formule. L'amour m'a dit écoute petit ça fait des siècles que j'fais mon taff, alors tu m'parles sur un autre ton si tu veux pas t'manger des baffes.


Dernière édition par Naina Redbird le Dim 14 Juil - 20:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Louisa Winterfell

Louisa Winterfell

≈ messages : 178
≈ inscription : 12/07/2013

there's no such things as fate
≈ relationship:
≈ disponibilité: indispo.

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty
MessageSujet: Re: Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)   Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) EmptyDim 14 Juil - 18:52





    La délicate courbure de chaque lettre à l'embrasure d'un mot la réconfortait. Le stylo coulait en une caresse déroutante sur ces feuilles de papier où elle embrassait chacune des syllabes qu'elle écrivait avec un soin particulier. Elle ressassait souvent les mêmes termes pour décrire son malaise intérieur. Elle ne cherchait pas à en dénicher de nouveaux alors que ceux-ci suffisaient à marquer ses ressentis. Écrire la même chose pouvait être dérisoire aux yeux d'un inconnu qui ne songeait pas aux tares qu'elle pouvait avoir. Louisa les camouflait sous un voile qui les rendait transparent au monde entier. Sa souffrance restait intérieure, ne bénéficiant pas d'un soutien quelconque de la part de ses parents ou de ses amis. Elle en avait peu et pouvait compter ces derniers sur les doigts de sa main. La peur du rejet était omniprésente. Elle puait le fric et le luxe à plein nez avec ses parfums haute-gammes et ses vêtements signés Chanel. Ne devenait-elle pas la proie facile pour les escrocs ? Un nouveau conflit intérieur se posait alors. Louisa s'appuya docilement contre le mur. Un soupire passa la barrière intime de ses lèvres sucrées qui attendaient depuis trop longtemps d'être dérobées par la personne qui ferait chavirer son être.
    La poupée de porcelaine sentit son cœur vibrer d'un tressaillement, d'une stupeur languissante. La porte de sa chambre grinça d'un bruit strident. Les yeux d'opale de l'adolescente se figèrent durant une éternité. Sa respiration se coupa instinctivement face à la peur qui la gagna. Ana était-elle venue la punir d'avoir faibli durant ces derniers mois ? Ana, douce Ana. La crinière sauvage de Naina passa l'encadrement de la porte. Elle put apercevoir le regard rieur de son amie la courser d'un œil taquin. Louisa posa prudemment sa main sur un coussin et s'en servit pour déstresser de la nervosité qui l'habitait. Coucou, toi. Elle brisa le silence pesant d'un sourire éclatant. Naina avait ce charme enfantin qui ne permettait pas de lui en vouloir. Elle avait une candeur éphémère se transformant en une sensualité débordante. Elle esquissa un demi-sourire en coin, baissant les yeux sur le carnet qu'elle tenait en main. La rouquine n'avait pas conscience des douleurs qui la taraudaient chaque seconde de chaque minute de chaque heure de chaque jour. Qu'est-ce que tu fiches ici ? Simple question rhétorique. Elle préconisait une attention particulière à cette sirène aux courbes désireuses et aux lèvres pulpeuses. Elle ne restait pas de marbre face aux nombreux sous-entendus qu'elle s'évertuait à lui faire entendre. Mais elle ne pouvait pas tarir face aux objectifs qu'elle s'était fixée. Elle se redressa alors pour venir entasser son journal intime entre deux magazines Vogue. Elle se tourna pour s'avancer de quelques pas, se rapprochant par la même occasion de celle qui arrivait à lui arracher un frisson par son simple contact. Lou croisa les bras en prenant des allures fières. Elle restait stoïque. Oui. Son besoin de solitude souhaité la faisait repousser Naina. Elle, qui par cette rengaine mélancolique devait sentir le contact des autres pour se rassurer, lui faisait subir ce qu'elle ne pouvait pas supporter. Consciente qu'un simple câlin lui ferait changer d'avis, elle rebroussa chemin pour aller se poser sur son lit où elle adopta une moue boudeuse face à la présence de sa jolie rousse.
Revenir en haut Aller en bas
Naina Redbird
▲ redbird singing in the dead of night
Naina Redbird

≈ messages : 54
≈ inscription : 13/07/2013
≈ âge : 22 ans
≈ statut civil : j'ai une entrée libre, if you know what I mean
≈ job/métier : serveuse à la patisserie, accessoirement

there's no such things as fate
≈ relationship:
≈ disponibilité: open bar

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty
MessageSujet: Re: Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)   Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) EmptyDim 14 Juil - 19:36


Ce qui est bien avec Louisa c'est que t'es tout de suite bien accueillit, alors quand tu passes la tête par la porte pour la saluer, elle te demande ce que tu veux avec le ton le moins chaleureux du monde. Tu ouvres la porte bien comme il faut et finit par entrer dans la pièce, quand tu regardes son visage tu vois bien qu'elle ne semble pas aller bien, du moins, tu l'as déjà vu dans un meilleur état.

« Bah j'suis venue te voir, tu veux que je vienne faire quoi sinon ? »

Tu sais que ce genre de question risque de l'agacer, mais tu t'en fiches, de toute façon vu que t'es là, t'es pas prête de t'en aller tout de suite. Tu refermes la porte et suis ses moindres mouvements jusqu'à ce qu'elle aille se poser sur le lit pour faire la moue en ta direction. Toi bizarrement ça te fait sourire, t'aimes bien quand elle fait la moue parce que t'as son petit visage qui ressemble à celui d'une petite souris, t'as presque envie de prendre son visage entre tes mains et de l'embrasser langoureusement tellement elle te fait de l'effet.

Mais non, tu ne vas pas le faire. Tu te contentes d'aller te poser à côté d'elle sur le lit et tu prends tes aises. T'enlèves tes chaussures et tu croises tes jambes comme quand t'étais gosse et que tu t'asseyais sur le sol pour jouer avec tes amis. Tu lui souris et malgré sa petite grimace, tu lui prends les mains et tu commences à entrelacer tes doigts dans les siens. Tu sais que ça risque de ne pas lui plaire vu comment elle a déjà réagit par rapport à tes précédentes tentations, mais bon, tu t'étais déjà promis de ne pas la brusquer et de lui laisser du temps, de toute façon faut bien qu'elle assume un jour.

« Allez, bébé arrête de faire cette tête. »

Tu passes une main sur son visage pour replacer une mèche folle derrière son oreille et tes doigts en profite pour caresser un peu son visage, cependant, tu ne t'y attardes pas trop, juste le temps de caresser sa joue.

« Et donc, tu faisais quoi avant que j'arrive ? »

Tu passes du coq à l'âne et tu te lèves du lit pour faire un peu le tour de la chambre, histoire d'explorer un peu. Tu n'étais jamais vraiment venue dans cette pièce, c'était un peu dans son jardin secret alors autant qu'elle en profite pour découvrir son monde.

_________________

    ⊹ young and beautiful.
    Un moment sur ma route j'ai rencontré l'amour j'lui ai dit tient tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujours. Dans l'absolu t'es une bonne idée mais dans les faits c'est un peu nul, tu pars en couille une fois sur deux faudrait qu'tu r'travaille ta formule. L'amour m'a dit écoute petit ça fait des siècles que j'fais mon taff, alors tu m'parles sur un autre ton si tu veux pas t'manger des baffes.
Revenir en haut Aller en bas
Louisa Winterfell

Louisa Winterfell

≈ messages : 178
≈ inscription : 12/07/2013

there's no such things as fate
≈ relationship:
≈ disponibilité: indispo.

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty
MessageSujet: Re: Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)   Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) EmptyDim 14 Juil - 20:27





    Louisa avait le regard fixé sur cette chevelure rouille étincelante qui contrastait avec l'absence de couleurs dans la pièce. Certains disaient que sa chambre était morne, morte. Elle manquait de vivacité. Elle manquait aussi certainement de lumière. L'endroit n'était pas conforme aux envies d'une adolescente de dix-neuf ans qui venaient de finir sa première année en lettres. Le conformisme n'avait jamais été le point fort de la famille Winterfell. Si bien qu'elle haranguait parfaitement le parcours de ses parents en balayant la normalité d'un revers de la main. Fille de riches, anorexique, bisexuelle. Elle pouvait écrire un livre sur les épreuves par lesquelles elle était déjà passée. Elle pouvait même se permettre d'écrire une suite du moment qu'elle conservait le statut d'inconnue. Certaines personnes feraient incontestablement le rapprochement. C'était inévitable. Naina le ferait. Et même si elle avait des airs enfantins qui se résorbaient à devoir réfléchir, la rouquine était bien plus maligne qu'elle en avait l'air. Celle-ci passa le pas de la porte avec un naturel effrayant. Louisa ne la quitta pas du regard, soudainement oppressée à l'idée qu'elle puisse se mettre à tomber sur ses journaux intimes placés à la vue de tous. Elle n'avait pas l'habitude de recevoir des visiteurs dans son antre personnelle. Bah j'suis venue te voir, tu veux que je vienne faire quoi sinon ? Elle alla refermer la porte comme si elle cherchait à l'emprisonner sur son propre terrain. Lou ne la quitta pas du regard, arquant un sourcil face à tant de désinvolture de sa part. Elle vînt ensuite se poser sur le lit. La brune se recroquevilla sur elle-même, amenant ses genoux à hauteur de sa poitrine. Elle laissait une pleine ouverture sur ses jambes nues, cachant le reste de son corps. Futile subtilité. Tu ne pouvais pas toquer comme tout le monde ? Ses paroles résonnèrent comme un reproche qui n'en était pourtant pas un. Oui. Elle lui avait foutu une frousse peu comparable à ce qu'elle avait déjà vécu dans sa vie. Elle était restée pétrifiée sur son lit à attendre la décadence d'un potentiel assassin. Elle était tombée sur celle qui lui dérobait son cœur.

    Sa remarque ne fit pas l'ombre d'un doute. Elle avait besoin de se retrouver en phase avec elle-même avant de devoir affronter directement le monde extérieur. Comment le faire comprendre à une rouquine trop têtue qui ne connaissait pas la vérité à son sujet ? Celle-ci s'installa davantage en prenant soin d'enlever ses chaussures pour s'asseoir en tailleur. Elle ne pouvait plus se défiler sous peine d'éveiller les soupçons de cette curieuse tentatrice. Elle vînt alors chercher sa main pour entrelacer ses doigts dans les siens. La douceur de cet instant la bascula dans une réalité au pouvoir utopique. Lou scruta ses doigts jouer quelques instants avec ceux de cette lionne. Allez, bébé, arrêtes de faire cette tête. Sa réaction ne se fit pas attendre. Si elle perdit cette moue boudeuse qui s'était nichée sur son visage de poupée, elle reprit possession de sa main en la délivrant de son étreinte. Elle fronça les sourcils en affichant un visage agacé par sa remarque, reprenant sa place initiale. Elle adorait ce genre de petits surnoms de la part de Naina. Mais elle avait aussi conscience que cette dernière en usait pour la faire sombrer dans la dure réalité de sa vie. Elle était bisexuelle. Si la jeune femme ne cachait pas son attirance pour les deux sexes, une lutte intérieure se déroulait en Louisa. Adolescente aux hormones fragiles. Combien de fois n'avait-elle pas eu envie de céder à la tentation par ces mots doux, ces rapprochements et ces instants qui propulsaient son cœur dans sa poitrine ? Elle revînt à la charge en remettant une mèche rebelle délicatement derrière son oreille. Ses doigts coulèrent sur sa peau de pêche en une caresse envoûtante qui lui arracha un frisson démarrant de son échine pour finir en bas de son dos. Et donc, tu faisais quoi avant que j'arrive ? Elle resta bouche-bée face à sa question. Les palpitations s'accumulèrent, alors qu'elle suivait les moindres gestes de son amie qui s'était redressée du lit. Sa chambre recelait des trésors par centimètre carré. Souvenirs, photos, pubs sugestives, journaux intimes. Elle observa le moindre de ses mouvements. Sentant le danger arriver dans un rugissement de fauve, elle se leva à son tour. Victime se jetant dans la gueule du loup. Ça te regarde ? Elle ne lui avait pas répondu. Elle détourna l'attention par une autre question qui n'en restait pas moins mystérieuse. Afin de ne pas lui laisser le temps de tomber sur les échos de sa maladie, Louisa lui attrapa la main pour l'attirer vers elle.
Revenir en haut Aller en bas
Naina Redbird
▲ redbird singing in the dead of night
Naina Redbird

≈ messages : 54
≈ inscription : 13/07/2013
≈ âge : 22 ans
≈ statut civil : j'ai une entrée libre, if you know what I mean
≈ job/métier : serveuse à la patisserie, accessoirement

there's no such things as fate
≈ relationship:
≈ disponibilité: open bar

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty
MessageSujet: Re: Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)   Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) EmptyDim 14 Juil - 21:13


Tu savais et tu voyais qu'elle avait vraiment besoin de se retrouver seule, mais toi, t'es pas comme tout le monde et tu sembles avoir une partie de ton cerveau plus conne que les autres, alors quand ta louve t'envoie des signes qui disent « mais laisse moi », cette partie entend « viens me faire un câlin, j'ai besoin de tes bras et reste aussi, je t'aime. ». Donc toi, comme toute personne normale, t'écoutes la partie la plus conne de ton cerveau et t'insistes. Tu voudrais pas dire mais t'as quand même de la chance d'être un peu plus menue que Louisa, du coup, elle ne peut pas prétendre qu'elle irait jusqu'à user la force pour te faire dégager.

« Bah c'est-à-dire que si je toque, faut que j'attende que tu me répondes et ça me fait chier un peu. En plus, je pourrais pas avoir l'occasion de voir ta jolie bouille surprise mon cœur. »

Tu lui adresses un sourire lorsque tu lui sors cette phrase et commence ton exploration. Tu regardes de loin et tu vois qu'il y a plein de choses entassés, un peu comme ta chambre à toi, mais en moins de couleurs. T'as envie de lui demander si elle a jamais pensé à repeindre sa chambre pour que ça fasse un peu moins triste, mais après tout tu te dis que les goûts et les couleurs ne se discutent pas et qu'après tout, si elle se sentait bien ainsi alors pourquoi pas.

Tu remarques cependant à quel point elle est agacée que tu te lances à l'exploration de sa chambre, maudissant sûrement le fait qu'elle t'ait un jour montré où elle habitait.

« Non mais je voudrais bien savoir. Après tout tous les détails de ta vie m'intéresse. »

Lorsqu'elle attrape ta main pour te tirer vers elle, c'est avec plaisir que tu te laisses faire et pour bien profiter de ce contact entre vous, tu enlaces une fois de plus tes doigts autour des siens et avec ton autre main, tu la places de façon à ce qu'elle soit dans le dos de Louisa et tu commences à jouer avec le pull qu'elle porte et qui est deux fois trop grand pour elle. Tu plonges ton regard dans le sien mais bien vite tu culpabilises parce que tu t'étais promise de ne plus tenter de rapprochement de la sorte parce que ça la mettait mal à l'aise et que c'était bien la dernière chose que t'avais envie de faire, mais là c'était plus fort que toi. T'avais envie de ce contact avec elle, t'en avait même besoin et puis elle pouvait s'estimer heureuse que tu ne te sois pas encore attaquée à ses jambes dénudées.

_________________

    ⊹ young and beautiful.
    Un moment sur ma route j'ai rencontré l'amour j'lui ai dit tient tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujours. Dans l'absolu t'es une bonne idée mais dans les faits c'est un peu nul, tu pars en couille une fois sur deux faudrait qu'tu r'travaille ta formule. L'amour m'a dit écoute petit ça fait des siècles que j'fais mon taff, alors tu m'parles sur un autre ton si tu veux pas t'manger des baffes.
Revenir en haut Aller en bas
Louisa Winterfell

Louisa Winterfell

≈ messages : 178
≈ inscription : 12/07/2013

there's no such things as fate
≈ relationship:
≈ disponibilité: indispo.

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty
MessageSujet: Re: Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)   Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) EmptyDim 14 Juil - 23:01





    Naina ne saisissait pas le message qu'elle essayait de lui faire comprendre en repoussant ses gestes avenants. Elle usait de cette acidité dans ses remarques pour la pousser à s'en aller de son propre gré. Elle persistait dans un comportement frivole qui lui arrachait des frissons et la faisait se sentir forcément bien. L'entente de ces surnoms, de cette possession par les adjectifs qu'elle employait ou les gestes cartésiens qu'elle ne se retenait de faire. Comment allait-elle faire pour rester de marbre face aux assauts répétés d'une lionne affamée ? Louisa la dévisageait de ses prunelles aussi noires que le charbon. Le refus restait d'ordre. Elle ne pouvait pas se laisser aller dans les bras d'une femme aussi belle que soit Naina. Elle mettait ses courbes parfaitement en avant avec des vêtements méticuleusement choisis. La rouquine avait le chic pour provoquer ses états d'âme et une prise de conscience. Bah c'est-à-dire que si je toque, faut que j'attende que tu me répondes et ça me fait chier un peu. En plus, je pourrais pas avoir l'occasion de voir ta jolie bouille surprise, mon cœur. Elle esquissa un sourire afin de peaufiner la tirade qu'elle avait pris soin de ponctuer par une possessivité flagrante. Naina n'avait aucune patience. Elle était de ces personnes dont l'impulsivité prenait le dessus sur toute réaction normalement logique. Elle agissait avec beaucoup de spontanéité et de naturel, ce qui créait une effusion de candeur dans ses actions. Elle n'échappa pas à son œil de lynx qui s’acharna à contempler sa beauté sauvage. La patience pourrait te rapporter plus que tu ne le penses. Le sous-entendu était aussi clair que de l'eau de roche. Elle ne parlait pas uniquement de sa patience pour cesser de faire l'éhontée en débarquant sans prévenir. Elle laissait la subtilité à la patience dont elle avait besoin pour mûrir et grandir. Pour devenir une femme. Une vraie.

    Elle se mit en quête de dénicher les plus noirs secrets de son passé, de son présent et de découvrir toutes les subtilités miroitées dans l'intégralité de la pièce. Louisa s'attendait à une remarque sur les photos de toutes ces personnes, sur les pubs où des femmes se dénudaient pour un parfum. Elle fût même surprise que Naina n'ait pas encore songé à placer l'une de ces remarques vives pour la faire tiquer. Elle restait sur ses gardes. Celle-ci parcourrait sa chambre à la recherche d'un petit détail qu'elle ne voulait pas qu'elle trouve. Non. Pas maintenant. Non mais je voudrais bien savoir. Après tout tous les détails de ta vie m'intéresse. Et depuis quand s'intéressait-on à elle ? Ne faisait-elle pas du repérage pour mieux pouvoir lui voler toutes ces choses si précieuses à son cœur ? La poupée de porcelaine avait bien du mal à croire ce qu'elle venait d'entendre, alors que son adolescence fut un rejet permanent de la part de ces hommes. Merde. Elle n'était pas ce pantin si fragile que l'on manipulait sans précaution parce qu'on pouvait en faire ce qu'on désirait. La réponse à ce rapprochement si soudain fut instantanée. Louisa lui attrapa la main pour l'attirer vers elle. Elle se donnait au loup, afin d'éviter que ce dernier ne voit quelque chose qui ne devait être vu. Naina ne se fit pas prier pour en profiter pleinement comme elle s'y attendait. Entrelaçant de nouveaux leurs doigts, elle se contenta de se laisser faire. Elle succomba au prémisse d'une envie grandissante qui bouillait en elle. Lorsque celle-ci plaça sa main dans son dos pour triturer le vêtement qu'elle portait, elle tressaillit. La rouquine avait l'effet d'une bombe explosive. Elle désirait s'adonner à un plaisir certain en franchissant la barrière de ses lèvres. Mais elle ne pouvait pas. Le refus était toujours présent. Louisa se mordilla la lèvre inférieure sans la quitter du regard. Il n'y a rien d'intéressant. Juste de vieux bouts de papiers. Elle se déroba de son emprise en gardant sa main dans la sienne, afin de l'attirer sur son lit où elle se contenta de s'asseoir.
Revenir en haut Aller en bas
Naina Redbird
▲ redbird singing in the dead of night
Naina Redbird

≈ messages : 54
≈ inscription : 13/07/2013
≈ âge : 22 ans
≈ statut civil : j'ai une entrée libre, if you know what I mean
≈ job/métier : serveuse à la patisserie, accessoirement

there's no such things as fate
≈ relationship:
≈ disponibilité: open bar

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty
MessageSujet: Re: Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)   Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) EmptyDim 14 Juil - 23:29


La situation est d'autant plus drôle quand on sait que c'est toi qui t'acharnes à faire en sorte qu'elle se lâche un peu plus. Lorsqu'elle te prend la main, tu te laisses aller toi aussi et tu passes une main dans son dos pour rapprocher son corps fragile du tien, tu as envie de la prendre dans tes bras et la couvrir de baisers afin qu'elle comprenne enfin à quel point tu tiens à elle, mais au lieu de ça tu ne fais rien. Tu t'es fais une promesse à toi-même en te jurant de ne jamais trop la brusquer, même si tu as du mal à ne pas le faire. Mais tu dois quand même avouer qu'il y a une énorme différence entre votre rencontre et aujourd'hui. Avant tu n'aurais pas hésité une seconde à lui caresser les jambes et à lui soulever son pull, profitant de sa fragilité corporelle, pour avoir le simple plaisir de la découvrir, d'admirer chaque centimètre de sa peau, de la toucher et de lui faire ressentir des sensations que toi seule avait le secret.

Malheureusement pour toi petite rouquine, tu n'avais que le plaisir des yeux et de maigres contacts.

« Je ne fais que ça, attendre. »

Tu esquisses un sourire parce que tu sais bien de quoi elle veut parler. Tu sais qu'elle est consciente de ce qu'elle est et tu es contente car c'est une étape pour vous, mais tu as tellement envie de lui arracher ces mots de sa bouche, qu'elle l'accepte une fois pour toute. Tu imagines tellement le jour où elle viendra te voir en te parlant librement, te souriant, t'embrassant, bref, en te faisant comprendre qu'elle allait bien, qu'elle allait mieux et que c'est en partie grâce à toi.

Pour l'instant tu dois te contenter de petits mots doux que tu lui glisses une fois de temps en temps et des câlins que tu arrives à lui voler. Pendant que tu joues avec son vêtement, tu n'arrives pas à décoller tes yeux de ses lèvres qu'elle mordille, tu as envie d'approcher ton visage près du sien et de plaquer tes lèvres contre les siennes, de les mordiller à sa place...

Elle s'éloigne de toi en gardant tout de même sa main dans la sienne et s'installe sur le lit. Elle, elle se contente de s'asseoir, toi, tu t'allonges en faisant en sorte de la tirer vers toi pour qu'elle s'allonge à côté de toi. Un peu comme dans une prise de judo, tu lâches sa main mais fait passer tes bras autour d'elle pour la tenir contre toi.

« Ah, bon bah si c'est pas intéressant on va trouver un truc intéressant à faire toutes les deux alors. »

Non, tu ne fais pas allusions à une occupation genre jouer aux monopoly, mais même si tu sais que tu vas te prendre un râteau et qu'elle risque encore de mettre de la distance entre vous, rien que le fait de la sentir tout prêt de toi te ravit.  

_________________

    ⊹ young and beautiful.
    Un moment sur ma route j'ai rencontré l'amour j'lui ai dit tient tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujours. Dans l'absolu t'es une bonne idée mais dans les faits c'est un peu nul, tu pars en couille une fois sur deux faudrait qu'tu r'travaille ta formule. L'amour m'a dit écoute petit ça fait des siècles que j'fais mon taff, alors tu m'parles sur un autre ton si tu veux pas t'manger des baffes.
Revenir en haut Aller en bas
Louisa Winterfell

Louisa Winterfell

≈ messages : 178
≈ inscription : 12/07/2013

there's no such things as fate
≈ relationship:
≈ disponibilité: indispo.

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty
MessageSujet: Re: Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)   Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) EmptyLun 15 Juil - 13:56





    Elle n'avait vu d'autres moyens qu'un potentiel rapprochement auquel Naina ne se refuserait pas. Louisa se demandait si sa rouquine ne ressentait pas ce même besoin d'un contact humain. La chaleur envoûtante d'un homme ou d'une femme restait là le meilleur des remèdes. Le poison s'infiltrait doucement dans le sang pour venir emprisonner le cœur de sa victime. Elle savait que Naina avait déjà eu plusieurs relations avec les deux sexes. Elle avait consumé ce désir divin d'un amour pur et passionnel. Quelque part, Lou la jalousait d'avoir pu s'affirmer dans sa sexualité alors qu'elle n'y arrivait pas. Elle était trop timide, cruellement introvertie. Elle se cachait dans une carapace impénétrable que cette sirène aux allures funky détruisaient au fur et à mesure du temps passé ensemble. Je ne fais que ça, attendre. Attendre. Ce terme devenait le maître mot de leur relation. C'était à cause d'elle et de sa fragilité qu'elles n'allaient pas plus loin. Elle le savait pertinemment. Elle fût soudainement prise d'une irritation redondante. Tout était de sa faute. Elle ne s'affirmait pas en tant que femme, en tant que personne unique et distincte dans ce bas monde. La poupée se poussait à résister aux viles tentations de cette cruauté qu'elle n'avait jamais explorée. Louisa leva les yeux au ciel face à son sourire qui lui prodiguait son envie. Si elle n'avait été qu'un soupçon plus ouverte, Naina lui aurait certainement déjà sauté dessus. Elle se contenta d'aller s'asseoir sur son lit, alors que celle-ci la suivit pour se coucher. Durant un bref instant, elle la surplomba entièrement. Elle aurait pu prendre le dessus en se posant à califourchon sur elle, mais à quoi bon ? Dans cette stratégie sensuelle, la rouquine la soumettait avec férocité. Louisa tenta de la convaincre qu'il n'y avait rien d'intéressant dans son antre secrète. Non. Rien. Même si elle recelait de multiples trésors. Alors son aînée l'attrapa par la taille pour l'obliger à se coucher à ses côtés. Sa tête rebondit une fois sur le matelas avant de se retrouver scotché à ce dernier. Elle fixa le plafond sans oser dévier ses prunelles noirâtres en direction de sa poupée dominatrice. Lou souffla sur son visage pour faire virevolter ses mèches. Ah, bon bah si c'est pas intéressant on va trouver un truc intéressant à faire toutes les deux alors. Elle ne changerait décidément jamais. La brune se redressa brusquement pour s'asseoir en tailleur à côté d'elle, posant un regard plus que sérieux. Elle avait parfaitement capté le sous-entendu dont il était question. Naina... ! L'exclamation sonna comme un rappel à l'ordre pour les deux filles. Louisa décida cependant d'user de cette fine subtilité pour s'éclipser de ce jeu stupide qui l'entraînait vers le fond. Elle se redressa pour venir s'asseoir sur son bureau, croisant les jambes. Elle déposa ses pieds sur la chaise. Fais un truc intéressant toute seule... Comme mater les mannequins placardés sur mon mur. Elle esquissa un joli sourire surfait, la provoquant par une pointe acidulée. Elle devait faire en sorte de la détourner de ses journaux intimes et d'elle à la fois. Mission impossible. La rousse ne tenait pas en place.
Revenir en haut Aller en bas
Naina Redbird
▲ redbird singing in the dead of night
Naina Redbird

≈ messages : 54
≈ inscription : 13/07/2013
≈ âge : 22 ans
≈ statut civil : j'ai une entrée libre, if you know what I mean
≈ job/métier : serveuse à la patisserie, accessoirement

there's no such things as fate
≈ relationship:
≈ disponibilité: open bar

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty
MessageSujet: Re: Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)   Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) EmptyLun 15 Juil - 14:27


L'espace d'un instant, quand tu vois qu'elle ne bouge pas à tes côtés pendant que tu l'enlaces, tu te dis que peut-être elle a enfin décidé de se laisser faire, mais en fait non. Très vite elle dresse cette barrière entre vous qui te fais reculer et qui te fait toujours aussi mal à chaque fois. En t'engageant dans cette bataille avec elle, tu savais que ce n'était pas gagné d'avance et que tu allais devoir effacer plusieurs refus, mais tu n'avais pas prévu la douleur que tu aurais dû gérer en sa présence à chaque fois qu'elle te repoussait. Mais tu étais forte, alors pour masquer à quel point tu as mal, tu souris en prenant ça à la rigolade, depuis le temps tu commences à y être habitué.

« De la patience, je sais... »

Tu te mords la lèvre inférieure et pousse un soupir, mais tu peux quand même t'estimer heureuse qu'elle ne t'es pas repoussé d'entré et même si ne fut un court instant, tu as pu la tenir dans tes bras.

Tu te dresses pour t'asseoir sur le lit et la fixe, tu regardes ses moindres gestes et lorsqu'elle se déplace, tu essaies de dessiner ses belles courbes dans sa tête, que tu ne peux bien sûr pas voir étant donné que mademoiselle a décidé de cacher ses belles formes sous un pull qui aurait pu appartenir à ton père. Au moins tu pouvais admirer ses belles jambes fines et élancées qui te faisaient tant envie, ces jambes qui semblaient si douce et fragile, qui te donnaient envie de jouer avec, de les caresser et de ne jamais plus les laisser passer cette porte sans que tu ne les ais touché ou embrassé.

« De quoi ? »

Elle te sort de tes pensées qui avaient quelque peu commencés à s'égarer, laissant à ton imagination le plaisir d'imaginer à quel point ta Louisa pouvait être belle, à  quel point ta Louisa était parfaite et à quel point elle était à toi.

« Ah ouais, elles. »

Tu te lèves pour te rapprocher un peu plus du mur sur lequel se trouvait toutes ces photos. Tu te demandes d'ailleurs pourquoi est-ce qu'elle gardait tout ça sur son mur, ce genre de chose servait seulement à faire complexer les jeunes filles et à te rappeler que c'était une mauvaise idée de manger le dernier cookie avant même d'être allée courir. Haussant les épaules, tu fais une petite moue avant d'aller te placer devant Louisa qui avait posé ses fesses sur son bureau, ses pieds sur son siège. Tu écartes légèrement ses jambes pour que tu puisses t'y intégrer comme au tetris, mais tout en gardant une certaine distance, tu passes tes bras autour de son cou fragile et plonge ton regard dans le sien.

« T'es plus belle que toutes celles que t'as collé sur ton mur. »

Lui souriant pour lui montrant la sincérité de ses paroles, tu enfouis ensuite ta tête dans son cou, faisant glisser tes mains sur les siens pour aller gagner de nouveau ses mains.

« Pour moi t'es la plus belle fille que j'ai jamais rencontré de toute façon. »

Tu voulais qu'elle comprenne à quel point tu l'aimais par ces paroles et qu'elle n'avait absolument rien à envier à tous ces modèles dans les magazines, elle était parfaite avec ses défauts et ses qualités, à tes yeux c'est la femme la plus parfaite du monde.

_________________

    ⊹ young and beautiful.
    Un moment sur ma route j'ai rencontré l'amour j'lui ai dit tient tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujours. Dans l'absolu t'es une bonne idée mais dans les faits c'est un peu nul, tu pars en couille une fois sur deux faudrait qu'tu r'travaille ta formule. L'amour m'a dit écoute petit ça fait des siècles que j'fais mon taff, alors tu m'parles sur un autre ton si tu veux pas t'manger des baffes.
Revenir en haut Aller en bas
Louisa Winterfell

Louisa Winterfell

≈ messages : 178
≈ inscription : 12/07/2013

there's no such things as fate
≈ relationship:
≈ disponibilité: indispo.

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty
MessageSujet: Re: Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)   Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) EmptyLun 15 Juil - 18:41





    Elle se redressa en l'espace d'un instant lorsque celle-ci se mit à devenir plus entreprenante. Ses paroles n'étaient pas sans arrière-pensée. Louisa avait besoin de temps pour savoir quelle voie suivre parmi ces propositions irrévocables. Il y avait cette ambition de poursuivre les rêves de sa mère en devenant comme cette dernière. Elle était sans conteste la femme parfaite, alors que son contraste semblait être fait pour sa fille, pleines de problèmes existentiels. Elle avait, quelque part, envie de s'affranchir en s'adonnant à sa propre liberté. Goûter au plaisir charnel avec une femme la tentait plus que tout. Naina la poussait au vice pour pouvoir pleinement profiter de la situation. Elle s'était doucement calmée au fil du temps. Ces deux chemins n'avaient aucun croisement commun. Louisa savait qu'elle devait faire un choix qui tardait à se former dans ses pensées embrouillées par ses sens. Elle ne voulait ni décevoir ses parents, qui n'avaient jamais été là pour elle, ni décevoir Naina. Mais une fois de plus, la petite Winterfell la repoussa face à ses avances implicites. De la patience, je sais... Lou en arrivait à se demander pourquoi celle-ci lui prêtait tant d'attention ? Pourquoi était-elle si patiente avec elle, alors qu'elle ne cessait de s'enfermer dans un cocon douillet qui la rendait parfaite aux yeux du monde extérieur ? La rouquine s'obstinait nonchalamment à prétendre pouvoir la faire flancher. Son rire cristallin éclata dans la pièce, alors qu'elle vînt se mordiller la lèvre inférieure. Un soupire sortit de sa bouche face aux réticences de sa part. Elle pouvait comprendre qu'elle tarissait à force de se faire repousser sans arrêt. Sans Naina, Louisa n'était plus rien. Même si elle faisait la fine bouche, leurs multiples contacts la réchauffaient dans un élan d'adrénaline. Les battements de son cœur tambourinaient dans sa poitrine. Elle avait chaud. Sa respiration s'accélérait. Son corps se fendillait sous un amas de plaisir auquel elle se forçait pour ne pas succomber. L'embrasser, c'était tout ce qu'elle demandait. Juste une fois. Pour voir ce que ça faisait. Stop. De quoi ? Elle poursuivit aussitôt, reprenant ses esprits qui s'étaient égarés à force de trouble. Ah ouais, elles. L'adolescente hocha simplement la tête pour lui confirmer que c'était bien à ça qu'elle faisait allusion. Naina se leva pour aller admirer ces quelques perles égarées sur un mur peu coloré. Elle ne se mouva pas avant de la rejoindre près du bureau où elle s'était posée dans sa grâce élancée. La jolie rousse lui écarta les jambes pour s'immiscer entre celles-ci, conservant une distance décente entre leurs deux corps. Louisa afficha une moue légère face à sa réaction imprévisible. Elle n'était pas encline à se laisser faire. Ses bras se posèrent autour de son cou et son regard céladon s'ancra dans l'océan de ses iris pour un échange particulier, intense, presque trop tendre. Son souffle se coupa. Elle était tout simplement incapable de la repousser devant cette émulsion de douceur délicate. T'es plus belle que toutes celles que t'as collé sur ton mur. Non, décemment pas. Elle répondit à son sourire par les prémisses d'une simple esquisse qui n'eût pas le temps de se fignoler. Toute la sincérité de leur imperceptible amitié décollait. Elle s'éclaircissait aussi sûrement que les nuages disparaissaient pour laisser entrevoir un ciel bleu éclatant. Pour moi t'es la plus belle fille que j'ai jamais rencontré de toute façon. Enfouissant son visage au creux de son cou, Louisa sentit le souffle de Naina se briser contre sa peau de pêche. C'était bon. Si bon qu'elle se décida enfin à poser ses mains sur sa taille, au-delà de son bassin. Ses doigts dansèrent un ballet inhabituel sur ses vêtements afin de se rejoindre dans son dos. Elle l'enlaçait pour rapprocher son corps du sien. Oui. Elle en avait besoin. Tu dis n'importe quoi. Lui susurra-t-elle à l'oreille d'un souffle cartésien.
Revenir en haut Aller en bas
Naina Redbird
▲ redbird singing in the dead of night
Naina Redbird

≈ messages : 54
≈ inscription : 13/07/2013
≈ âge : 22 ans
≈ statut civil : j'ai une entrée libre, if you know what I mean
≈ job/métier : serveuse à la patisserie, accessoirement

there's no such things as fate
≈ relationship:
≈ disponibilité: open bar

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty
MessageSujet: Re: Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)   Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) EmptyLun 15 Juil - 22:29


Pendant que tu as la tête dans son cou, tu humes son odeur et ferme les yeux. Cela devait sûrement être la première fois que vous étiez aussi proche physiquement, du moins sans qu'elle ne te repousse. Tu fermes les yeux et profite du silence du moment, de son corps prêt du tiens, bref de cet instant qui vous appartient seulement tous les deux.

Sans que tu ne t'y attendes, tu sens qu'elle se lâche un peu et décide de passer ses mains dans ton dos pour te rapprocher d'elle encore un peu plus. Tu aurais bien envie de profiter que tes lèvres soient aussi proche de son cou pour l'embrasser, la mordiller, te frayer un chemin de baisers jusque ses lèvres, mais tu as peur. Peur de ne rompre ce moment, peur qu'elle ne te repousse encore une fois, peur qu'elle ne s'énerve et que sur le coup de la colère elle ne te demande de partir et de ne plus jamais revenir. Ce serait le genre de chose que tu ne pourrais pas supporter. Tu passais ton temps à essayer qu'elle aille mieux et parfois même à la rendre jalouse, mais quoi qu'on pouvait en penser, tu l'aimes et tu as besoin d'elle.

Elle te parle à l'oreille et te provoque un frisson que tu ne peux que traduire en un gémissement. Tu savais qu'elle allait te sortir quelque chose dans le genre, tu savais bien qu'elle  ne perdait jamais une occasion de se dévaloriser.

« C'est toi qui dit n'importe quoi en n'y croyant pas. »

Tu lui murmures ça dans son cou mais son parfum qui te donne tellement envie d'elle à ce moment là, que tu commences une lutte infernale à l'intérieur de toi pour t'empêcher de goûter à cette magnifique poupée de porcelaine qui semblait tellement proche et à la fois tellement éloignée. Encore une fois, la partie la plus conne de ton cerveau t'incites à le faire, elle t'ordonne même de l'embrasser et de saisir cette occasion, mais tu ne voulais pas la brusquer. Ne pas la brusquer. C'était la phrase que tu te répétais sans cesse à chaque fois que tu étais en sa présence, Louisa devait être la seule femme au monde qui aura un jour arrivé à t'empêcher de faire ce que tu voulais, mais peut-être était-ce ça l'amour, faire des concessions d'un côté comme dans l'autre.

Mais encore une fois, tu ne maitrises plus rien et donc, c'est encore la partie la plus conne de ton cerveau qui prend le dessus. Tu te redresses un peu sans pour autant te libérer de ses bras  et tu commences à l'embrasser dans le cou.

_________________

    ⊹ young and beautiful.
    Un moment sur ma route j'ai rencontré l'amour j'lui ai dit tient tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujours. Dans l'absolu t'es une bonne idée mais dans les faits c'est un peu nul, tu pars en couille une fois sur deux faudrait qu'tu r'travaille ta formule. L'amour m'a dit écoute petit ça fait des siècles que j'fais mon taff, alors tu m'parles sur un autre ton si tu veux pas t'manger des baffes.
Revenir en haut Aller en bas
Louisa Winterfell

Louisa Winterfell

≈ messages : 178
≈ inscription : 12/07/2013

there's no such things as fate
≈ relationship:
≈ disponibilité: indispo.

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty
MessageSujet: Re: Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)   Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) EmptyLun 15 Juil - 23:26





    Elles s'étaient enfermées dans une bulle dérisoire qui restait résolument fragile. Louisa se résolvait à se laisser tenter par un rapprochement notoire qui risquait de bouleverser ce refus permanent. Le ballet de ses doigts encadra son corps entier qu'elle attira dans ses fins bras. Elle la retenait inutilement, car Naina pouvait se débarrasser de son étreinte par un simple mouvement. Elle ne le voulait pas, ce qui ne la surprenait pas plus que ça. Son visage niché au creux de son cou, Louisa pouvait sentir son souffle chaud se fracasser contre la moindre petite parcelle de son cou. Sa peau nue s'enflammait face aux assauts répétés de sa respiration haletante. Sa crinière lui proférait un chatouillis doucereux lorsqu'elle se mouvait de quelques millimètres pour trouver une position plus confortable. Elle se contentait de la serrer. Corps contre corps. La princesse au regard de saphirs observait la pièce d'une autre dimension. Une sensation de chaleur intense l'envahissait et lui arracha un tremblement. Il faisait chaud. Horriblement chaud. Son pull l'étouffait. Flancher alors qu'elle avait fait un pas minime ? Hors de question. C'est toi qui dit n'importe quoi en n'y croyant pas. Son murmure se fracassa. Elle ferma les yeux un simple instant afin de savourer pleinement ses paroles. Même si le mensonge rôdait autour d'elle en permanence, elle avait envie de succomber aux paroles mielleuses de Naina. La lionne se redressa un minimum pour s'adonner au plaisir charnel en déposant ses lèvres brûlantes de désirs dans son cou. Explosion. Feu d'artifice. Ses mains se recroquevillèrent sur ses hanches qu'elle agrippa brusquement sous le tressaillement qui la combla. Ses ongles se plantèrent dans ses vêtements sans qu'elle puisse réellement le contrôler. Elle ferma les yeux sous l'exhaltation, poussant un gémissement qu'elle ne put retenir davantage à l'embrasure de ses lèvres. Naina... Elle susurra son prénom avec le souffle coupé dirigé par cette pointe d'envie grandissante. Elle n'avait aucune idée de ce qu'elle était en train de faire, sachant pertinemment qu'elle devait la repousser sous peine d'en être pétrifiée. La pression de ses mains s'accentua, tandis qu'elle vînt chercher son visage pour poser son front contre le sien. Louisa la regarda dans les yeux de cet air si craintif qui pintait son visage de poupée. Ses joues s'étaient rosies par sa timidité et la chaleur de l'instant. Elle reprit possession de l'une de ses mains pour venir caresser sa lèvre inférieure de son pouce. Je ne peux pas. Elle lui était faible, soumise. Naina pouvait se contenter de la brusquer d'un simple geste qu'elle se dévouerait entièrement à elle. Mais était-ce seulement sain de penser qu'elle pouvait la dominer alors qu'elle n'était pas préparée à subir ce qui pouvait se passer ?
Revenir en haut Aller en bas
Naina Redbird
▲ redbird singing in the dead of night
Naina Redbird

≈ messages : 54
≈ inscription : 13/07/2013
≈ âge : 22 ans
≈ statut civil : j'ai une entrée libre, if you know what I mean
≈ job/métier : serveuse à la patisserie, accessoirement

there's no such things as fate
≈ relationship:
≈ disponibilité: open bar

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty
MessageSujet: Re: Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)   Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) EmptyMar 16 Juil - 0:17


Tu commences par un baiser, puis deux, et tu remontes tout doucement dans le creux de son cou jusqu'à arriver au lobe de son oreille. Tu sens qu'elle réagit et qu'elle en demande plus, sûrement que ce sont ses hormones qui prennent le dessus sur sa raison. Ses mains commencent à jouer un peu plus avec ton corps et la température de la pièce ne cesse d'augmenter, tu sens ses ongles se planter dans ton corps à travers tes vêtements, mais ne ressent aucune douleur, juste une envie grandissante de goûter à ses lèvres qui ne réclament que les tiennes.

Cette atmosphère ne dure cependant pas, lorsqu'elle prononce ton prénom, tu sens bien qu'elle est partagée entre l'envie de continuer et le fait qu'elle a encore du mal avec tout ça. Tu sais que ça ne va pas durer alors tu déposes un dernier baiser dans son cou avant qu'elle ne te prenne le visage entre les mains pour t'empêcher de continuer plus loin avec tes lèvres qui ont envie de son corps.

Tu gardes les yeux fermés lorsqu'elle te dit qu'elle ne peut pas et te réjouis déjà du fait qu'elle ne t'ais pas demandé de t'éloigner, au contraire, elle jour avec ta lèvre de son pouce.

« Je suis désolée, c'est moi. »

Tu décides de te ressaisir et tu prends ses mains dans les tiens avant de lui sourire. Tu observes chaque trait de son visage que t'essaies de mémoriser au maximum. Elle a les joues toutes rouges et tu sens bien à quel point elle est gênée, même si c'est plus un mélange d'envie et de haine.

« Bébé, pardon, vraiment, je suis désolée, c'est de ma faute. »

Tu lui caresses le visage et lui déposes un bisou sur la joue avant de la prendre dans tes bras. Tu réalises à quel point tu viens de la mettre mal à l'aise et tu t'en veux, tu as envie de te faire pardonner mais ne lui diras pas car elle te demandera de la laisser seule pour qu'elle puisse aller mal dans son coin, alors tu te souviens que tu avais pris des gâteaux à la pâtisserie dans laquelle tu travailles et c'était peut-être le moment ou jamais de les manger.

« Tu viens, j'ai ramené des trucs de la pâtisserie et j'ai faim. J'avais presque oublié ma faim, comme quoi, ta seule présence me comble mon amour. »

Tu t'éloignes d'elle et la tire par la main pour qu'elle te suive en bas, là où tu as déposé tes affaires et où les gâteaux vous attendent toutes les deux.

_________________

    ⊹ young and beautiful.
    Un moment sur ma route j'ai rencontré l'amour j'lui ai dit tient tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujours. Dans l'absolu t'es une bonne idée mais dans les faits c'est un peu nul, tu pars en couille une fois sur deux faudrait qu'tu r'travaille ta formule. L'amour m'a dit écoute petit ça fait des siècles que j'fais mon taff, alors tu m'parles sur un autre ton si tu veux pas t'manger des baffes.
Revenir en haut Aller en bas
Louisa Winterfell

Louisa Winterfell

≈ messages : 178
≈ inscription : 12/07/2013

there's no such things as fate
≈ relationship:
≈ disponibilité: indispo.

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty
MessageSujet: Re: Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)   Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) EmptyMar 16 Juil - 15:47





    Elle sentait ses tripes se retourner, ses entrailles brûler vives à l'intérieur d'un corps frêle, qui ne pouvait plus supporter grand chose d'autre que le traitement qu'elle lui infligeait. Les battements de son cœur heurtait violemment sa poitrine, alors que ses doigts faisaient pression sur les hanches de Naina. Elle laissait glisser ses lèvres sur sa peau, l'ensellevissant de baisers brûlants. Elle remonta à la ligne parfaitement droite de sa mâchoir pour s'arrêter dans son élan. Elles savaient pertinemment toutes les deux qu'elle n'était qu'un pâle reflet d'une poupée de porcelaine. Louisa devait briser ce masque protecteur pour aller plus loin dans sa conquête de la femme qu'elle désirait. Elle brûlait pour elle d'un feu ardant qui s'attisait au fur et à mesure du temps. Naina savait comment l'entretenir. Caressant sa lèvre inférieure de sa fine phalange, Louisa admira son visage fermé. Elles ne devaient pas aller plus loin que les simples câlins, quelques caresses et un baiser niché au creux de son cou. Je suis désolée, c'est moi. N'avait-elle pas une part de responsabilité dans ce qu'il venait de se produire ? Elle ne l'avait pas repoussée comme elle le faisait à chaque fois face aux tentatives désespérées d'une louve qui avait des besoins. Les joues rosies par la température de la pièce et par la gêne occasionnée ne trompaient pas. Timide, elle n'avait rien osé lui refuser sous la pression de ses lèvres sur sa peau. Tout était de sa faute, de sa faute à elle. Bébé, pardon, vraiment, je suis désolée, c'est de ma faute. Lorsque son regard céladon la démantibula d'une passion nouvelle, Louisa baissa ses prunelles ténébreuses pour ne pas avoir à l'affronter. Cet instant de faiblesse ne dura qu'un court instant. Ses iris océan caressèrent sa joue du regard alors que l'une de ses mains joua avec une mèche de cheveux rouille. Je sais bien que tu as des besoins. Lui répondit-elle en douceur, afin de la rassurer. Naina emprisonna ses mains dans les siennes. C'était sans doute le contact le plus innocent qu'elles pouvaient avoir contenu de leurs sentiments. Oui. Louisa était sous le charme de la rouquine depuis plusieurs mois déjà. Elle ne cessait d'être surprise, soudoyée. Elle tombait dans les prémisses d'un amour qui imploserait en elle si elle ne faisait rien pour l'exposer. Mais pire encore. Elle en tombait amoureuse. Tout aurait été décemment plus simple si cette tension palpable n'existait pas. Tout aurait été plus simple si la lionne avait jeté son dévolu sur une autre fille qui s'affirmait.

    La rouquine déposa un baiser sur sa joue et lui attrapa fermement la main. Tu viens, j'ai ramené des trucs de la pâtisserie et j'ai faim. J'avais presque oublié ma faim, comme quoi, ta seule présence me comble, mon amour. Elle la tira alors, afin qu'elle se redresse pour rejoindre la cuisine où des petits gâteaux les attendaient. Son souffle se rompit. Ses palpitations ralentirent au point d'entendre les battements dans ses tympans. Son estomac se tordait à la simple entente du mot pâtisserie. Non. Pas ça. Elle préférait encore s'adonner au plaisir de la chair. Louisa allait devoir user de subterfuge pour ne pas avaler l'une de ces choses grasses. Et Dieu seul savait à quel point il était difficile de faire entendre quelque chose à Naina lorsqu'elle avait une idée en tête. Elle se laissa conduire dans la dite pièce où une boite trônait au milieu du plan de travail. Elle avala sa salive et se sentit flancher. Elle s'appuya contre le mur et alla s'asseoir sur l'un de ces hauts tabourets disposés. Je n'ai pas faim. Elle le lui signalait en espérant que celle-ci n'y verrait que du feu, qu'elle avalerait toutes ces immondices appétissantes sans lui laisser une seule miette.
Revenir en haut Aller en bas
Naina Redbird
▲ redbird singing in the dead of night
Naina Redbird

≈ messages : 54
≈ inscription : 13/07/2013
≈ âge : 22 ans
≈ statut civil : j'ai une entrée libre, if you know what I mean
≈ job/métier : serveuse à la patisserie, accessoirement

there's no such things as fate
≈ relationship:
≈ disponibilité: open bar

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty
MessageSujet: Re: Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)   Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) EmptyMar 16 Juil - 18:31


Tu arrives en bas avec ta louve sur les talons et tu la laisses s'installer. T'as pas besoin de lui demander quoi que ce soit, tu faisais comme chez toi. T'ouvres les placards et en sort une assiette assez grand pour contenir les gâteaux et rien que le fait d'ouvrir la boîte te donne envie de te goinfrer comme une gourmande, les kilos en plus tu les verras après.

Malheureusement, si toi tu montrais peu d'enthousiasme au fait que tu allais bientôt manger, ce n'était pas le cas de ton amoureuse, non, elle, elle se contentait de te regarder faire et de rester dans son coin. C'était bien quelque chose que tu détestais chez elle, elle avait souvent tendance à s'effacer pour laisser les autres briller. Elle n'avait pas encore comprit que si elle, elle ne brillait pas, à tes yeux, personne ne le pourrait.

«  Mais euh... »

Tu réfléchis un moment et te dit que tu n'allais tout de même pas tout manger toute seule, pas que tu n'en soit pas capable, mais ce genre de comportement tu préfères le laisser pour quand t'es toute seule chez toi à ne rien faire et que t'as envie de t’empiffrer comme une vache. Tu es un peu déçue mais essaie de ne pas le montrer, tu te faisais un plaisir de pouvoir partager un moment avec elle, ça devait d'ailleurs être la première fois où vous auriez mangé toutes les deux, même si en y réfléchissant bien, tu ne l'avais jamais vraiment vu manger, même pas picorer.

Fronçant les sourcils, tu cherches quoi faire même si tu sais que tu n'y peux rien, en même temps, si elle n'a pas faim tu n'allais pas non plus l'obliger à quoi que ce soit, tu ne veux pas non plus qu'elle tombe malade et qu'elle aille mal à cause de toi, t'en avais déjà assez fait pour aujourd'hui.

«  Bon bah tant pis alors. »

Tu laisses tout en plan et vas t'asseoir à côté d'elle, l'appétit coupé. Elle venait de te passer l'envie de manger, du moins pour la prochaine heure. Le fait est que la seule raison pour laquelle tu semblais aussi pressée de manger ces gâteaux était parce que tu savais que tu allais le faire avec elle et que vous auriez partagées ce moment rien que toutes les deux, mais puisque Louisa n'avait pas faim, ça pouvait attendre. La vérité était qu'à ton boulot, tu avais pu faire un gâteau spécialement pour elle où tu y avais marqué « ma louve » et où tu avais même pu faire dessiner une tête de louve dessus, ce n'était peut-être rien mais tu voulais le lui donner et profiter de cet instant avec elle, mais bon, ça peut attendre.

«  Je vais attendre un peu pour manger alors. »

Tu lui prends la main encore une fois pou sentir au moins une certaine proximité même si vous êtes distantes à la fois.

_________________

    ⊹ young and beautiful.
    Un moment sur ma route j'ai rencontré l'amour j'lui ai dit tient tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujours. Dans l'absolu t'es une bonne idée mais dans les faits c'est un peu nul, tu pars en couille une fois sur deux faudrait qu'tu r'travaille ta formule. L'amour m'a dit écoute petit ça fait des siècles que j'fais mon taff, alors tu m'parles sur un autre ton si tu veux pas t'manger des baffes.
Revenir en haut Aller en bas
Louisa Winterfell

Louisa Winterfell

≈ messages : 178
≈ inscription : 12/07/2013

there's no such things as fate
≈ relationship:
≈ disponibilité: indispo.

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty
MessageSujet: Re: Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)   Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) EmptyMar 16 Juil - 23:08





    Naina ne semblait pas satisfaite par les dires qu'avait prononcé Louisa. Elle n'avait pas faim. Elle n'avait aucune envie de se laisser aller à manger quelque chose d'aussi gras si ça la faisait grossir à la moindre calorie ingérée. Elle ne pouvait décemment pas se permettre de prendre du poids. Ana lui avait dit que ce n'était pas une bonne chose si elle voulait être parfaite. Aussi parfaite que sa mère. Louisa ne se voyait pas désobéir aux dix commandements. Elle risquait de passer au suplice des toilettes pour remettre ce qu'elle avait ingurgité. La poupée s'était assise sur un tabouret non loin de la table, fixant cette boite de laquelle émanait le sucre fin des petits gâteaux. Mais euh... Hors de question de se laisser attendrir par les gémissements de Naina. Elle ne l'empêchait pas de manger ou de picorer. Elle voulait pousser la rouquine à dévorer entièrement ce qu'elle avait apporté. Le reste finirait par retourner d'où il venait ou par être jeté à la poubelle. En soi, ils auraient un meilleur avenir dans son estomac. Bon bah tant pis alors. Elle s'installa à ses côtés sans doute pour mieux la contempler. Lou n'aimait pas particulièrement être le centre de l'attention, car elle ne le méritait pas. Elle afficha cependant une esquisse de sourire face à sa réaction, observant les gâteaux qu'elle avait mis au préalable sur une assiette. Je vais attendre un peu pour manger alors. Elle n'attendit pas plus longtemps pour lui répondre. Ne m'attends pas. T'es morte de faim... Elle poussa l'assiette en sa direction, affichant une moue angélique. Manges. Naina vînt lui prendre la main une fois de plus. Elle regarda leurs doigts jouer ensemble durant un instant, avant de retirer la sienne. Son ventre se tordait douloureusement. Elle avait besoin de prendre son coupe-faim habituel. Elle se leva alors et fit le tour du plan de travail pour se retrouver dans la cuisine. Elle se servit un grand verre d'eau et prit une pilule blanche qui traînait sur un plateau. Elle l'avala en buvant plusieurs gorgées d'eau, puis vînt se positionner en face de la jolie rouquine pour la pousser à manger.
Revenir en haut Aller en bas
Naina Redbird
▲ redbird singing in the dead of night
Naina Redbird

≈ messages : 54
≈ inscription : 13/07/2013
≈ âge : 22 ans
≈ statut civil : j'ai une entrée libre, if you know what I mean
≈ job/métier : serveuse à la patisserie, accessoirement

there's no such things as fate
≈ relationship:
≈ disponibilité: open bar

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty
MessageSujet: Re: Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)   Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) EmptyMar 16 Juil - 23:43


Elle te pousse à manger mais toi tu n'as pas envie de le faire sans elle. T'essaies de faire jouer ton mental en essayant de penser à autre chose, mais avec l'assiette juste sous ton nez, c'est un peu compliqué. Lorsqu'elle se lève pour aller faire on ne sait quoi, tu la suis du regard en arquant un sourcil, de là où tu te trouves tu vois ce qu'elle fait mais n'arrive pas à bien savoir de quoi il s'agit. Elle prend quelque chose qu'elle fait passer avec de l'eau, elle est malade ?

«  T'es malade ? Tu prends quoi là ? »

Tu sais que ce ne sont pas tes affaires mais ta curiosité – qui te tueras un jour – prend le dessus, mais ce n'est pas de ta faute, tu t'inquiètes pour elle. Elle s'assoit juste en face de toi et tu la contemples, attendant une réponse, tu regardes chaque trait de son visage pour essayer de discerner un signe de fatigue de maladie, mais la seule chose que tu vois c'est la jeune femme dont tu es éperduement amoureuse, belle et parfaite à tes yeux avec son visage fin, son petit nez parfait et ses lèvres qui ne demandent qu'à être occupés par les tiennes.

Tu continues de la fixer mais sans t'en rendre compte, tes mains s'emparent de l'assiette qui se trouve devant toi pour prendre l'un des gâteaux qui se trouve dans l'assiette. Tu restes concentrer sur son visage que tu n'as pas envie de rater et lui souris timidement.

«  Tiens. »

Tu baisses les yeux pour ne pas merder ce que tu vas faire. Tu casses un morceau de ton gâteau que tu portes à ta bouche pour en manger une bouchée et tu tends l'autre partie en direction de sa bouche pour qu'elle la mange, en lui souriant toujours. Au moins si elle ne voulait pas tout manger, qu'elle ne te laisse pas tout manger comme ça.

«  Prends au moins une bouchée pour me faire plaisir. »

Tu prends un autre morceau avec ta main de libre et tu attends qu'elle se décide à bouffer le morceau qui se trouve dans ta main.

_________________

    ⊹ young and beautiful.
    Un moment sur ma route j'ai rencontré l'amour j'lui ai dit tient tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujours. Dans l'absolu t'es une bonne idée mais dans les faits c'est un peu nul, tu pars en couille une fois sur deux faudrait qu'tu r'travaille ta formule. L'amour m'a dit écoute petit ça fait des siècles que j'fais mon taff, alors tu m'parles sur un autre ton si tu veux pas t'manger des baffes.
Revenir en haut Aller en bas
Louisa Winterfell

Louisa Winterfell

≈ messages : 178
≈ inscription : 12/07/2013

there's no such things as fate
≈ relationship:
≈ disponibilité: indispo.

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty
MessageSujet: Re: Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)   Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) EmptyMer 17 Juil - 9:47





    T'es malade ? Tu prends quoi là ? Louisa ressentit de nouvelles palpitations sous la pression que lui mettait Naina sans le savoir. Elle ne pouvait clairement pas lui dire qu'elle venait de prendre un coupe-faim, afin d'apaiser ses maux. Elle allait devoir inventer quelque chose, lui mentir quant au fait qu'elle venait de prendre un médicament pour un mal de tête ou autre chose. La réponse semblait pourtant toute trouvée dans l'esprit de la jeune femme. Jouer de ses charmes en plaçant une douce remarque à l'intention de Naina, ainsi qu'un joli sourire, et le tour était joué. Ou du moins, elle l'espérait. Elle n'aimait pas son côté trop curieux, trop têtu. Il ne lui apportait que des ennuis. Elle devait s'embourber dans des explications desquelles elle n'allait plus savoir sortir si ça continuait. Lorsqu'elle vînt se poser en face de la rouquine, Louisa afficha un délicat sourire aux prémisses de ses lèvres. Il ne fallait pas oublier qu'elle s'inquiétait pour elle. En soi, elle trouvait ça mignon à souhait. Tu me fais trop tourner la tête. La manie des Winterfell a toujours détourné l'attention des sujets qui fâchent. Elle tenait certainement ça de son père au vu de l’habilité qu'il avait dans ce genre de situation. Sa mère était bien pu cash et n'hésitait pas à faire du rentre-dedans, car elle n'avait rien à se reprocher.
    Naina s'empara d'un petit gâteau qui se trouvait sur l'assiette postée devant elle. Elle allait enfin commencer à manger ces pâtisseries pour les faire disparaître. Soulagée, Louisa la regarda faire durant un instant, avant de comprendre que ça n'allait pas être si facile d'y échapper. Elle coupa un morceau en deux en prenant un soin particulier et une certaine délicatesse. Tiens. Elle se contenta de la regarder en lui tendant la moitié du cake, alors qu'elle engloutit sa partie en moins de temps qu'il n'en fallait pour refuser ce qu'elle lui proposait. Louisa fixa fermement son amie. Elle ne mangerait pas ça. Le sourire timide de son aînée ne lui fit aucun effet, tant son anorexie flottait tout autour d'elle. Elle se renfermait. Prends au moins une bouchée pour me faire plaisir. Elle prit le morceau dans sa main, entre ses doigts, sentant la délicieuse odeur de sucrerie embaumer la pièce. Elle sentait le gras se déposer sur ses phalanges et l'idée lui déplaisait déjà. Elle se pencha alors en avant pour aller positionner la part qu'elle avait devant la bouche. Je t'ai dit que je n'avais pas faim. Elle arqua un sourcil et lui fit signe de le dévorer. Mais je sais que toi, tu meurs de faim... et si tu continues à attendre, c'est moi que tu vas manger. Petite allusion au fait qu'elles avaient failli franchir les limites intimes de leurs lèvres tout à l'heure si elle n'avait pas stoppé le jeu. Elle attendit alors sa réponse, espérant qu'elle ne reviendrait pas à la charge.
Revenir en haut Aller en bas
Naina Redbird
▲ redbird singing in the dead of night
Naina Redbird

≈ messages : 54
≈ inscription : 13/07/2013
≈ âge : 22 ans
≈ statut civil : j'ai une entrée libre, if you know what I mean
≈ job/métier : serveuse à la patisserie, accessoirement

there's no such things as fate
≈ relationship:
≈ disponibilité: open bar

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty
MessageSujet: Re: Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)   Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) EmptyMer 17 Juil - 11:23


Elle arrive à se dépêtrer comme jamais de tes questions mais tu ne peux pas t'empêcher de t'inquiéter pour elle, mais en même temps elle avait toujours l'habitude de fuir à certaines de tes questions et toi tu faisais en sorte de ne pas insister, tu avais appris avec le temps que pour que tout aille bien entre vous, certains sujets devaient rester tabou. C'est pour ça que tu fais en sorte de se mêler de ses affaires autrement, en faisant les fouines.

Tu lui souris cependant face à sa réponse, tu es quand même un peu touché par ce qu'elle te dit, au moins tu lui fais de l'effet, pas que tu avais des doutes mais ça fait toujours plaisir.

Lorsque tu lui tends le morceau de gâteau, tu vois bien qu'elle est réticente à l'idée de le manger, regardant le morceau avec dégoût même, là tu te dis que tu devrais peut-être insister un peu plus pour qu'elle réponde à tes questions au lieu de te laisser amadouer par ses compliments qui te font chavirer le cœur. Mais avant même que tu ne puisses réagir, elle insiste de nouveau pour que tu manges sous prétexte que tu semblait avoir faim et que tu allais finir par la manger. Quoi, t'avais l'air si affamé que ça ? T'avais envie de lui dire que faim ou pas, t'as toujours envie de la bouffer, mais tu te retiens, te concentrant sur un problème beaucoup plus grave.

«  Pourquoi tu manges pas ? Pourquoi je t'ai jamais vu mangé d'ailleurs ? »

Tu fronces les sourcils pour qu'elle comprenne que tes questions sont sérieuse, ce devait d'ailleurs être la première fois que tu te montrais aussi sérieuse en sa compagnie, en général tu essayais toujours de te montrer désinvolte et de tout prendre au second degrés avec elle pour qu'elle ne se sente pas assaillit de question et traqué comme une bête.

«  Et n'essaie pas de détourner mon attention s'il te plaît, j'aime pas quand tu fais ça. Répond simplement, pourquoi tu manges pas ? »

Tu t'essuies la main avec l'un des torchons de cuisine qui se trouve à ta disposition et tu prends sa main dans la tienne. Tu voulais qu'elle ait confiance en toi pour te le dire si quelque chose n'allait pas, car ça pouvait sembler débile mais en dehors de tes heures de travail, tu avais beau passer tout ton temps avec elle et chez elle, mais tu ne l'avais jamais vu manger et tu n'avais jamais vu une assiette sale non plus.

_________________

    ⊹ young and beautiful.
    Un moment sur ma route j'ai rencontré l'amour j'lui ai dit tient tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujours. Dans l'absolu t'es une bonne idée mais dans les faits c'est un peu nul, tu pars en couille une fois sur deux faudrait qu'tu r'travaille ta formule. L'amour m'a dit écoute petit ça fait des siècles que j'fais mon taff, alors tu m'parles sur un autre ton si tu veux pas t'manger des baffes.
Revenir en haut Aller en bas
Louisa Winterfell

Louisa Winterfell

≈ messages : 178
≈ inscription : 12/07/2013

there's no such things as fate
≈ relationship:
≈ disponibilité: indispo.

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty
MessageSujet: Re: Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)   Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) EmptyMer 17 Juil - 12:57





    Être pro-Ana signifiait en soi énormément de choses. Elle avait impliqué cette maladie dans sa vie, ainsi que ses commandements pour mieux pouvoir se gérer. Louisa avait visité ce site internet où les femmes s'encourageaient mutuellement dans cette anorexie ultime. Elles montraient les faits de ce régime permanent qui leur permettait, selon elles, d'être plus fortes. Elles avaient trouvé l'amour grâce à cela. Elles avaient dépassé cette peur de l'imperfection, car Ana leur murmurait tous les jours à l'oreille qu'elles le devenait de jour en jour. Louisa avait pensé qu'elle ressentirait les mêmes choses que toutes ces inconnues qui partageaient leurs ressentis sur le net. Mais elle s'était trompée. Elle s'était enfermée dans un cercle vicieux qui n'avait aucune sortie. Toutes les portes étaient barrées. Définitivement. Si elle voyait encore un psychologue, Lou ne lui confiait pas tout. Nolan savait pour sa maladie à cause de ses parents qui l'avaient forcée. Mais il ne savait rien de sa bisexualité. Comment pouvait-il seulement le concevoir alors qu'elle lui avait fait du rentre-dedans plusieurs fois ? Il l'avait repoussée, lui montrant ainsi qu'elle n'était pas assez parfaite pour le monde extérieur. Pourquoi tu manges pas ? Pourquoi je t'ai jamais vu mangé d'ailleurs ? Les questions de Naina la sortirent de ses pensées, la ramenant dans cette dure réalité. Elle ne savait pas comment s'échapper. C'en était presque frustrant de devoir la supporter, alors qu'elle n'avait pas même été invitée. Oui. Elle maudissait le jour où elle lui avait donné son adresse. La rouquine fronça les sourcils, mais Louisa ne fit rien. Elle se contenta de la regarder, d'observer cet air sérieux qui avait assaini son visage. Et n'essaies pas de détourner mon attention s'il te plaît, j'aime pas quand tu fais ça. Réponds simplement, pourquoi tu manges pas ? Elle s'essuya les mains dans une serviette, avant de prendre sa main de nouveau. Non. Elle la retira aussitôt en montrant un air agacé. Elle la regarda dans les yeux afin de lui répondre. Je t'ai simplement dit que je n'avais pas faim. Elle ne mentait pas. Elle n'avait plus faim avec le cachet qu'elle venait de prendre au préalable. Ca lui avait coupé l'appétit pour deux ou trois heures. Peut-être songerait-elle à manger la moitié d'un yaourt à la pomme par la suite. Lou fit mine de regarder l'heure. Il n'est pas l'heure de manger de toute façon. Elle se contenta de s'asseoir à côté de l'évier, tournant légèrement la dos à Naina. Elle ne voulait plus de questions. Elle ne voulait plus discuter. Ou du moins, pas de ça. Elle en parlait déjà avec Nolan, c'était suffisant. Personne d'autres ne saurait à propos de sa tare. Ca lui faisait peur. La peur du rejet. Surtout par Naina.
Revenir en haut Aller en bas
Naina Redbird
▲ redbird singing in the dead of night
Naina Redbird

≈ messages : 54
≈ inscription : 13/07/2013
≈ âge : 22 ans
≈ statut civil : j'ai une entrée libre, if you know what I mean
≈ job/métier : serveuse à la patisserie, accessoirement

there's no such things as fate
≈ relationship:
≈ disponibilité: open bar

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty
MessageSujet: Re: Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)   Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) EmptyMer 17 Juil - 18:05


Elle enlève ta main avec une telle  agressivité que même si elle ne fronçait pas les sourcils et ne t'avait pas insulté, tu ne l'avais jamais vu de la sorte. Comme quoi elle pouvait avoir du caractère quand elle le voulait, si seulement elle pouvait être comme ça tout le temps. Tu commences cependant à regretter d'avoir insister sur le fait qu'elle ne mange pas, mais c'est plus fort que toi, tu n'y peux rien, elle prend quelque chose devant toi, ne mange pas, et essaie de détourner tes questions...

«  Bah c'est sûrement l'heure de faire autre chose mais pour l'instant moi je mange et je veux savoir pourquoi toi tu ne manges pas. » que tu souffles pour ne pas qu'elle t'entende.

Tu sais que ça allait encore l'agacer et qu'elle allait encore s'éloigner de toi, mais tu trouvais ça tellement.... étrange ? Non, ce n'était pas le mot, mais tu n'arrivais pas à mettre d'autres mots dessus, tellement la situation ne t'étais pas familière.

Tu te lèves à ton tour pour aller la rejoindre là où elle était pour casser la distance qu'elle venait de mettre entre vous. Elle t'avait tourner le dos comme si elle voulait fuir ton regard, encore quelque chose que tu n'aimes pas qu'elle fasse, déjà parce que tu avais vraiment l'impression qu'elle te cachait des choses, mais surtout parce que tu ne pouvais pas admirer ses beaux yeux qui te transpercent à chaque fois qu'ils te regardent.

Tu te postes devant elle et tu regardes tes mains qui se posent sur ses cuisses nues et commence à dessiner dessus avec tes doigts. Tu colles ensuite ton visage prêt du sien comme lorsque vous étiez dans la chambre. Tu as envie de l'embrasser pour t'excuser de tes questions mais tu n'en avais pas vraiment envie, tu ne voyais même pas pourquoi tu devais t'excuser de t'inquiéter pour elle, même si d'un autre côté, si tu le fais tu devras t'excuser par la suite de l'avoir embrassée.

«  Je suis désolée mon amour.... » mais tu t'excuses quand même...

Tu ne le montres pas, mais tu es faible face à cette personne qui fait battre ton cœur, tu ne peux pas t'empêcher de t'excuser à chaque fois que tu fais quelque chose qui la blesse alors qu'en général, tu passes ton temps à dire ce que tu penses et à te foutre de ce que les gens pensent de ce que tu dis. Cette fille te rend dingue, elle te fait du bien, comme du mal.

Tu mets tes lèvres prés des siennes sans pour autant les toucher, et tu sens son souffle chaud à chaque fois qu'elle respire. Vos baisers qui n'en sont pas sont peut-être la seule consolation que tu puisses avoir d'elle étant donné qu'elle ne se confie à toi que très rarement, pour ne pas dire jamais.

«  Je t'aime tu sais... »

Oui, c'est bon, tu l'as dit. Ce n'était peut-être pas le meilleur moment qui soit pour dire à quelqu'un qu'on l'aime, mais tu sentais tellement qu'elle avait besoin de prendre confiance en toi sur le fait qu'elle pouvait te dire quand ça n'allait pas, que tu n'as pas pu retenir ces mots.

_________________

    ⊹ young and beautiful.
    Un moment sur ma route j'ai rencontré l'amour j'lui ai dit tient tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujours. Dans l'absolu t'es une bonne idée mais dans les faits c'est un peu nul, tu pars en couille une fois sur deux faudrait qu'tu r'travaille ta formule. L'amour m'a dit écoute petit ça fait des siècles que j'fais mon taff, alors tu m'parles sur un autre ton si tu veux pas t'manger des baffes.
Revenir en haut Aller en bas
Louisa Winterfell

Louisa Winterfell

≈ messages : 178
≈ inscription : 12/07/2013

there's no such things as fate
≈ relationship:
≈ disponibilité: indispo.

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty
MessageSujet: Re: Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)   Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) EmptyVen 19 Juil - 19:31





    Naina flancha. Elle se déplaça afin de venir briser cette distance durement installée par Louisa. Elle fuyait ses responsabilités quant au fait qu'elle était anorexique. Elle ne voulait simplement pas le crier à la terre entière. Mais elle aurait l'impression de le faire si elle le soufflait discrètement à l'oreille de son amie. C'était bête mais c'était comme ça. Elle n'aimait pas se sentir forcée à faire ce qu'elle n'avait pas envie d'établir. Naina vînt poser ses mains sur ses cuisses nues, lui arrachant un délicat frisson qui la fit chambrer. Un profond bouleversement se fit ressentir à l'intérieur de son corps. Elle aimait ça. Elle s'en enivrait comme une enfant. Cette dernière commença à dessiner des cercles du bout de ses doigts. Elle marquait une emprunte invisible sur sa peau comme si elle cherchait à marquer son territoire. Elle rapprocha ensuite son visage près du sien. Le souffle de l'adolescente se fit plus pressant. Il se brisait momentanément contre les barrières physiques que Naina avait installée. Il s'accélérait simplement sous l'effet procuré par un tel rapprochement soudain qu'elle n'avait pas prévu. Je suis désolée mon amour... Elle haussa les épaules avec une désinvolture flagrante. Elle s'en fichait pas mal de ses excuses. Lou n'en avait pas besoin. Il était légitime que sa curiosité soit avide de comprendre ce qu'il se passait avec elle. Peut-être était-il temps d'en dévoiler une parcelle, afin de la tenir en haleine ? Surtout afin de la satisfaire pour avoir la paix. Disons que j'ai des troubles au niveau de l'estomac. Je vais voir un médecin, je me soigne. L'euphémisme en plein. Je ne peux pas manger tes gâteaux, Naina. Je ne peux pas. Elle détourna son regard et vînt s'appuyer contre le mur de la cuisine, réticente à l'idée d'être si vulnérable devant elle. Elle l'était. Elle était obligée puisque celle-ci n'en démordait pas et restait postée devant elle.

    Elle approcha alors ses lèvres des siennes. Louisa pouvait sentir le sucre et la gourmandise qui l'assénaient d'un coup brutal. Qu'est-ce que la rouquine projetait de faire ? Elle attendait. Encore et encore. Désespérément. Je t'aime tu sais... Son monde s'arrêta de tourner durant une éternité. Elle restait pétrifiée devant ces mots qui prenaient un sens particulier. Elle avait l'habitude d'une Naina extravertie, qui n'hésitait pas à dire ce qu'elle pensait. C'en était trop. La brune se contenta de la dévisager durant un instant. Elle ne s'en remettait pas. Pourquoi lui disait-elle cela ? Elle ne le méritait pas.  
Revenir en haut Aller en bas
Naina Redbird
▲ redbird singing in the dead of night
Naina Redbird

≈ messages : 54
≈ inscription : 13/07/2013
≈ âge : 22 ans
≈ statut civil : j'ai une entrée libre, if you know what I mean
≈ job/métier : serveuse à la patisserie, accessoirement

there's no such things as fate
≈ relationship:
≈ disponibilité: open bar

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty
MessageSujet: Re: Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)   Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) EmptySam 20 Juil - 0:31


Lorsque qu'elle te dit qu'elle a des troubles, tu ne peux pas t'empêcher de t'inquiéter et tu as envie de l'assaillir de questions pour lui demander ce que ça lui faisait, de te dire ce qu'elle a exactement, si c'est contagieux, si c'est grave, depuis combien de temps elle avait ça, mais tu te retiens, tu venais d'en faire assez en l'obligeant presque à te le dire, chose qui n'a sûrement pas été très facile pour elle.

Tu restes en face d'elle et continue tes cercles invisible sur ses cuisses et vois bien qu'elle en frisonne, espérons-le qu'elle en frisonne de plaisir. Tes lèvres touchent presque les siennes et au lieu de lui poser toutes les questions qui te taraudent dans la tête, tu lui sors un je t'aime. Tu sens son corps se raidir et c'est là que tu mets à paniquer, peut-être que tu n'aurais pas dû lui dire ça tout de suite, peut-être même que tu n'aurais jamais dû envisage de le lui dire un jour, tu ne sais pas, tu ne sais plus.

Tu t'éloignes pour aller à côté de la chaise sur laquelle tu étais assise quelques minutes plus tôt, et tu te mords les lèvres tellement t'es mal à l'aise, tu te tournes néanmoins vers Louisa pour voir si elle réagit mais très vite tu reprends ta marche en direction de la chaise. Tu aurais souhaité que tout ceci puisse se refaire, que tu puisses effacer ces mots qui semblent tellement la mettre mal à l'aise alors que pour la première fois depuis que vous vous connaissez, tu te montres aussi vulnérable à parler avec ton cœur. Tu sais que tout le monde aurait réagit comme ça étant donné qu'ils auraient été pris de court, mais tu es déçue, voire blesser, tu ne t'attendais pas non plus à ce qu'elle te sourit en te disant qu'elle t'aime aussi et qu'elle n'a qu'une envie, c'est de passer toute sa vie à tes côtés, mais tu te dis que peut-être, tu aurais dû te contenter de l'aider en parlant simplement, en lui faisant des câlins par ci, par là, sans jamais mettre tes sentiments pour elle à plat.

«  Tu sais quoi, oublie ce que je viens de dire... je crois que... »

Tu tournes la tête dans une direction pour ne pas qu'elle voit que tu as envie de pleurer, et essaie de masquer ça par le rire. On pourrait penser ça exagéré de ta part d'être déçue à ce point, voire même triste et blessée, mais tu avais passé tellement de temps à essayer d'apprendre à la connaître, que des sentiments ont commencés à naître de ton côté pour constater que vous êtes en fait toujours au même point depuis votre première rencontre : tu essaies de l'aider comme tu peux en étant là pour elle mais tu parles beaucoup plus de toi qu'elle ne parle et du coup, tu as trop parlé.

Tu pars donc d'un rire nerveux avant de passer une main dans tes cheveux roux, et tu te tournes vers elle, les yeux remplis de larmes.

«  Je crois que je vais m'en aller, je n'aurais peut-être même jamais dû venir. »

Tu n'attends aucune réponse de sa part et vas vers le salon, là où tu avais posé ton sac et ta veste, laissant Louisa dans la cuisine reprendre ses esprits.


_________________

    ⊹ young and beautiful.
    Un moment sur ma route j'ai rencontré l'amour j'lui ai dit tient tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujours. Dans l'absolu t'es une bonne idée mais dans les faits c'est un peu nul, tu pars en couille une fois sur deux faudrait qu'tu r'travaille ta formule. L'amour m'a dit écoute petit ça fait des siècles que j'fais mon taff, alors tu m'parles sur un autre ton si tu veux pas t'manger des baffes.
Revenir en haut Aller en bas
Louisa Winterfell

Louisa Winterfell

≈ messages : 178
≈ inscription : 12/07/2013

there's no such things as fate
≈ relationship:
≈ disponibilité: indispo.

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty
MessageSujet: Re: Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)   Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) EmptySam 20 Juil - 14:20





    Ces mots étaient tombés comme un coup de massue, doucement emballé par la douce voix de Naina. Elle les avait si longtemps attendu qu'elle n'aurait jamais pensé pouvoir les entendre. Maintenant que c'était arrivé, maintenant qu'elle avait entrevu l'ouverture laissée par celle qui se butait à l'aider, Louisa se sentait flancher. Elle ne savait plus quoi dire, ni quoi faire. Ca lui faisait peur de savoir ce qu'elle pouvait ressentir vis-à-vis d'elle. Elle se muta dans un silence diluvien. Les secondes semblaient s'éterniser en heures. Cet instant vide en parole, en geste, en proximité l'effrayait d'autant plus. Elle était incapable de lui prononcer la réciproque. Mais elle se jura qu'elle le ferait dès qu'elle se sentirait prête. Cette promesse intérieure la rassurait quelque part. Naina fuyait. La rouquine se contenta de s'écarter en faisant le tour de la cuisine pour reprendre sa place initiale. Lou la suivit du regard, afin de voir si c'était tellement important ou non à ses yeux. Visiblement oui. Tu sais quoi, oublie ce que je viens de dire... Je crois que... Les battements de son cœur s'arrêtèrent pour reprendre douloureusement un rythme accéléré. Que devait-elle faire ? La retenir ? Elle était sur le point de partir. Mais comment faire ? Un tas de questions envahirent son esprit en quelques secondes à peine. Elle afficha une moue tandis que le rire cristallin de Naina semblait affecté par une pointe de déception. Elle passa une main dans sa chevelure rouille, l'observant avec des larmes qui menaçaient de tomber. Je crois que je vais m'en aller, je n'aurais peut-être même jamais dû venir. Louisa encaissa. Elle regrettait d'avoir prononcé ses paroles. Peut-être parce qu'elle avait espéré une autre réaction ? Peut-être parce qu'elle était déçue de ne pas les avoir entendues en retour. Elle partit en direction du salon, sans même lui laisser le temps de réagir. La poupée sauta du plan de travail pour venir la rejoindre. Sans un mot, elle vînt la prendre dans ses bras pour l’enlacer subtilement. Elle voulait la rassurer, échanger les rôles pour lui montrer qu'il lui fallait juste du temps. Elle n'essayait pas de la retenir. Il valait peut-être même mieux qu'elle s'en aille. Louisa déposa un baiser sur ses lèvres, avant de se détacher pour la regarder.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty
MessageSujet: Re: Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)   Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne. (naina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Un peu de hentaï pour un ado de 15
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
✰ MIDNIGHT AT THE GLAMOUR. :: SOUTHHAMPTON TOWN :: Habitations :: 84, Winterfell-